Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L’imagination est mon obsession, l’écriture est ma structure, la poésie est mon acrobatie, les histoires sont mon terroir, les univers sont mon sanctuaire. Et le partage ? C’est mon message laissé aux commentaires de vos pensées. Pour vous y retrouver, vous pouvez commencer par les textes présentés, commençant par les derniers publiées, ou prendre le raccourcie des catégories. Ce qui est sur, c’est que je vous souhaite une bonne lecture.

05 Mar

La forêt des souvenirs perdus

Publié par [NERO] BLACK WORD  - Catégories :  #Nero Cooletbeau

La forêt des souvenirs perdus

Aux côtés d’une compagnie d’aventuriers, notre héros, Nero Cooletbeau, avait exploré une ancienne ruine hantée de cadavres ambulants et d’ectoplasmes en tous genres. 


Ils durent consacrer une longue et usante journée à cette quête, explorant les moindres recoins entre ces murs, revoyant l’ensemble des morts à l’au-delà et arrachant chaque trésor de leurs linceuls de poussières. L’ultime épreuve fut une marche nocturne d’un kilomètre avec les épaules lourdes de richesses et les pas traînant leurs fatigues. 


Mais, du commencement jusqu’au dernier instant, chacun d’eux refusa de flancher, galvanisé qu’ils étaient par la simple présence de Nero Cooletbeau. 


Enfin, ils retournèrent en ville et purent profiter d’un repos bien mérité dans une auberge avant de faire le tour des commerces, revendant leur butin d’aventure avant même de prendre leur petit déjeuné. 


Notre héros, contrairement à ses camarades, décida de conserver une vieille dague dont la maniabilité et l’apparence lui plaisaient énormément. 


Par la suite, ils s’offrirent un copieux repas et Nero Cooletbeau finit par reprendre la route de son côté. 


Le soleil était doux et le vent léger. Marchant sur un chemin traversant des horizons verdoyants, notre héros se mit à chantonner un petit air populaire racontant l’histoire d’un rempailleur de chaise vivant sa première aventure et qui joua de mauvaise fortune. 


Ce fut sur le bord du chemin qu’il croisa un vieillard à la mine renfrognée d’un sanglier mal lavé. 


En arrivant à sa hauteur, ce dernier l’interpela en lui demandant où il se rendait et notre héros, Nero Cooletbeau, lui répondit en tendant sa main pour lui indiquer la suite du sentier, alors qu’elle entrait dans une forêt. 


Le vieux hirsute le mit en garde sur ce lieu maudit, l’avertissant que quiconque tentait de le traverser perdait progressivement leurs souvenirs. 


Notre héros, Nero Cooletbeau, posa son regard sur le massif forestier, hésitant entre le scepticisme et le doute. Pour ne rien arranger, l’ancien ajouta qu’il avait lui-même tenté de la parcourir jusqu’à son extrémité opposée mais qu’il finissait toujours par revenir en arrière, cet emplacement restant toujours sa dernière souvenance.  


Finalement, il décida de reprendre la marche, se tenant prêt à affronter tout ce qui aurait l’audace de lui faire face, reprenant son chantonnement malgré les sombres prédictions que lui hurlait le vieux devin improvisé. 


Quand il se retrouva sous les branchages, notre héros ne décéléra pas sa lancée mais fut malgré tout rongé lentement par une suspicion, s’arrêtant sans même s’en rendre compte dans son fredonnement. 


Le rythme de sa marche s’atténua jusqu’à se rompre, notre héros se retrouvant immobilisé, isolé par une agglomération d’arbre, avec l’esprit tyrannisé par l’incertitude. 


Soudainement, Nero Cooletbeau s’anima et se libéra en s’écriant " MA DAGUE !! "


En un éclair, notre héros se retourna et rebroussa chemin, bien décidé à retourner à l’auberge. 


Sur le chemin il recroisa le vieux bouc du bord de la route qui se montra surprit de le revoir. Notre héros, Nero Cooletbeau, lui apprit rapidement qu’il venait de se rappeler qu’il avait oublié un souvenir, avant de disparaître jusqu’à la ville. 


Le vieil homme le félicita d’avoir ainsi brisé la malédiction de la forêt des souvenirs perdus.

 

 

Commenter cet article

À propos

L’imagination est mon obsession, l’écriture est ma structure, la poésie est mon acrobatie, les histoires sont mon terroir, les univers sont mon sanctuaire. Et le partage ? C’est mon message laissé aux commentaires de vos pensées. Pour vous y retrouver, vous pouvez commencer par les textes présentés, commençant par les derniers publiées, ou prendre le raccourcie des catégories. Ce qui est sur, c’est que je vous souhaite une bonne lecture.