Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L’imagination est mon obsession, l’écriture est ma structure, la poésie est mon acrobatie, les histoires sont mon terroir, les univers sont mon sanctuaire. Et le partage ? C’est mon message laissé aux commentaires de vos pensées. Pour vous y retrouver, vous pouvez commencer par les textes présentés, commençant par les derniers publiées, ou prendre le raccourcie des catégories. Ce qui est sur, c’est que je vous souhaite une bonne lecture.

16 Apr

Sandlar Nalar, le roi mort

Publié par [NERO] BLACK WORD  - Catégories :  #Imag'inarium

Sandlar Nalar, le roi mort

 

Au milieu d’une chaîne de montagnes, des créatures venues des enfers trouvèrent refuges dans des grottes, se cachant ainsi du monde.


 

Peu de temps aux parts avant, une guerre avait fait rage sur le continent, opposant les habitants des enfers aux êtres vivants sur ce monde. Quand l’enfer fut vaincu, les portes menant à ce monde furent fermées, laissant derrières elles des réfugiés abandonnés à la mort. Une poignée d’entre eux survécut.


 

Après une longue période durant laquelle les créatures s’étaient faites oubliés, elles se mirent à bâtir des habitations et à fonder un petit village rudimentaire, utilisant tout ce qui était à leur portée, après avoir choisi l’un d’entre eux comme guide pour les aider à survivre. Son nom était Sandlar Nalar.


 

Sous son règne, sa communauté parvint à trouver une stabilité dans sa survie. Tous se nourrissaient de suie et de braise, festoyant parfois quand ils parvenaient à avoir de la viande, à établir un petit réseau de cavernes pour pouvoir s’étendre en restant caché, à faire naître une nouvelle génération, dans le village de fortune qu’ils baptisèrent Monsang. Malheureusement, leurs tentatives pour entrer en contacte avec leurs maîtres des enfers restaient, encore et toujours, infructueuses.


 

Bien que les années passèrent sans que leur pays soit troublé, certains se mirent à prétendre que s’ils restaient coupés de leur monde d’origine trop longtemps, ils s’en retrouveraient. D’autres étaient hantés à l’idée que des autochtones les découvrent un jour et que le massacre reprenne.


 

Gérant tout cela tant bien que mal, Sandlar Nalar chercha un moyen pour que son petit peuple puisse perdurer en toute quiétude et, pour en savoir plus sur le monde qui les entourait, envoya une dizaine d’espions hors des montagnes.


 

Il attendit des jours avant que l’un d’eux ne revienne à Monsang, blessé et en panique.


 

Le survivant lui parla d’un royaume où étaient vénérés des Anges Gardiens et qu’un jeune roi venait de prendre le pouvoir par la force. Ce dernier avait, entre autres, tué certains des siens qu’il avait jugé impure et qu’il préparait son armée. L’espion conclut en disant que son groupe avait tenté de connaître la raison de ce rassemblement, mais qu’ils avaient été découvert, causant leur perte.


 

Apprenant cela, il était devenu primordial d’échapper à ce jeune roi, mais Sandlar Nalar allait devoir prendre une décision dans les plus brefs délais. Quitter leur cachette Monsang ou se risquer hors des montagnes ?


 

Pour prendre cette décision, il convoqua chacun des seins pour leur faire part de la situation et faire un choix, mais il obtint que la division de son peuple dans un orage de disputes, pour une courte durée.


 

Quelques instants plus tard, des humains en armures d’or et d’argent entrèrent dans leur village, saccageant tout ce qui entravait leur chemin, s’infiltrant dans chaque recoin et tuant tous les habitants. La plupart tentèrent de se défendre, mais en vain. Avant le commencement de la nuit, le massacre prit fin.


 

Sandlar Nalar étant le chef du village, il fut gardé en vie et mené au jeune roi dont il avait entendu parler. Portant une armure d’une couleur argent ayant perdu un peu de son éclat, il avait des cheveux blancs grisonnants, un visage lisse et fermé, ainsi qu’une épée à la garde d’orée aussi épaisse que le bras qui la tenait.


 

Le roi le regarda quelques secondes avant de donner un ordre à l’un de ses hommes. Sandlar Nalar fut emmené dans la plus grande des cavernes et n’en ressortit jamais.


 

Bien plus tard, au petit matin, une petite diablesse trouva son père mort, dont le corps était exhibé dans une mise en scène macabre et solennel. En le pleurant, la petite Flama Nalar se jura de se venger du jeune roi.

 

Commenter cet article

À propos

L’imagination est mon obsession, l’écriture est ma structure, la poésie est mon acrobatie, les histoires sont mon terroir, les univers sont mon sanctuaire. Et le partage ? C’est mon message laissé aux commentaires de vos pensées. Pour vous y retrouver, vous pouvez commencer par les textes présentés, commençant par les derniers publiées, ou prendre le raccourcie des catégories. Ce qui est sur, c’est que je vous souhaite une bonne lecture.